Les révoltés de la Bounty - Épisode 1

September 1, 2019

 

La HMS Bounty était vaisseau trois-mâts de 28 mètres de long pour une largeur de 7,6 mètres et un tonnage de 230 tonneaux. Son armement se composait de quatre canons de quatre livres sur affût et de dix pierriers d'une demi-livre sans compter les mousquets emportés par l'équipage. La mission de la Bounty était de transporter des plants de l’arbre à pain, depuis Tahiti, vers les colonies britannique.

 

Son capitaine, au moment de la mutinerie était un nommé William Bligh, marin expérimenté, qui avait notamment participé au troisième et dernier voyage du Capitaine James Cook. Bligh était connu pour son mauvais caractère, son autoritarisme et le peu de cas qu’il faisait du sort ou du bien être de ses hommes. Les punitions étaient fréquentes, parfois même pour des motifs futiles. L’équipage composé de 44 personnes, dont un certain Fletcher Christian, qui allait fermenter la mutinerie contre Bligh.

 

Le 5 avril 1789, la Bounty quitte Tahiti, chargée d’environ 1000 troncs de l’arbre à pain.

 

Le 28 avril, Fletcher Christian, soutenu par seulement 11 membres de l’équipage, excédés par l’autoritarisme de Bligh, prend les armes dans la nuit, enfonce la porte du capitaine qui dormait. Les mutins le font prisonnier et Fletcher le déclare « déchu de son commandement ».

Bligh a beau protester, il est mis, lui et 18 hommes dans une chaloupe de 7 mètres, avec vivres, alcool et quelques sabres pour assurer leur défense, puis l’amarre est larguée et la chaloupe s’éloigne sous les huées des marins restés à bord.

 

Ce qui l’advint de Bligh et de ses hommes :

 

Bligh fit mettre le cap vers l’île de Tofua, la plus proche de leur position où espérait faire des provisions d'eau et de nourriture.

La deuxième étape était de rallier l'île voisine de Tongatapu, où il avait rencontré le roi Poulaho lors de son voyage avec Cook, à qui il pensait demander l’assistance.

Puis, le plan était de se rendre jusqu'aux Indes orientales néerlandaises, où l’on pourrait trouver des navires Hollandais ralliant l’Europe.

 

À Tofua, les indigènes furent initialement amicaux mais les tensions grandirent rapidement.

 

Le 2 mai, Bligh réalisa qu'une attaque était imminente et il ordonna la mise à l'eau de la chaloupe dont le cordage fut retenu par les Tofuans pour l'empêcher de partir. En tentant de libérer la corde, un quartier-maître tomba à l'eau et fut tué. Canardés de pierres, un des rescapés, depuis la chaloupe, en lança une à son tour et tua un indigène. Leur colère monta et ils se mirent à poursuivre la chaloupe. Par une ruse de Bligh, qui jeta à la mer la veste de son uniforme pour faire leurre, ils s’echappèrent.

Bligh renonça donc à faire escale à Tongatapu car il craignait la même réaction des habitants et estima que leur meilleure chance de survie serait de rejoindre la colonie hollandaise de Coupang sur l'île de Timor. Cela représentait un voyage de 3 500 milles marins (6 500 km) vers l'ouest au-delà du détroit de Torres et nécessiterait que les rations journalières soient réduites à une once de pain et un quart de pinte d'eau ; en dépit des faibles chances de succès, ce plan fut approuvé à l'unanimité, mais à contre cœur.

 

Le 17 mai, après deux semaines de mer, sous le coup du rationnement et sous une pluie constante, Bligh nota dans son journal « notre situation est pitoyable ; toujours trempés et souffrant du froid extrême… sans la moindre protection contre les éléments »

 

le 28 mai, l'embarcation arriva en vue de la grande barrière de corail et après avoir trouvé un chenal, les hommes débarquèrent à la fin de l'après-midi sur une petite île où ils trouvèrent de grandes quantités d'huîtres et de baies

 

Au cours des jours qui suivirent, l'embarcation progressa d'îles en îles vers le nord mais les marins remarquèrent que les indigènes suivaient de près leurs mouvements

 

Le 2 juin, la chaloupe dépassa la péninsule du cap York, l'extrémité nord de l'Australie et Bligh mit le cap au sud-ouest dans un dédale de récifs, de bancs de sable et de petites îles. Le groupe entra ainsi dans la mer d'Arafura

 

Mais Coupang se trouvait encore à 1 100 milles marins (2 000 km) et les huit jours qui suivirent furent parmi les plus durs du voyage.

 

Le 12 juin, la côte du Timor apparut finalement et Bligh d’écrire dans son journal : « Il m'est impossible de décrire le bonheur que la bénédiction de la vision de cette terre a fait ressentir en chacun de nous».

 

Le 14 juin, la chaloupe entra dans le port de Coupang avec un Union Jack improvisé.

 

Le 20 août, le groupe rejoignit Batavia pour attendre un navire à destination de l'Angleterre

 

le 16 octobre, Bligh obtint de monter à bord d'un vaisseau qui prit la mer avec deux de ses hommes.

 

Quand Bligh arriva en Angleterre le 14 mars 1790, les nouvelles de la mutinerie l'avaient précédé et il fut accueilli en héros. En octobre 1790, il fut acquitté pour la perte de la Bounty par une cour martiale et promu post-captain.

 

 

Ce qu'il advint des mutins et ce qu'il advint sur Pitcairn, bientôt en ligne... :-)

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Portrait : le Capitaine Cook

May 17, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

October 16, 2018

Please reload

Archives