Portrait : le Capitaine Cook

 

 

 

 

James Cook est un navigateur, explorateur et cartographe britannique, né le 7 novembre 1728 à Marton (Middlesbrough) et mort le 14 février 1779 à Hawaï.

 

Issu d'une famille relativement modeste. Il le fils de James Cook, valet de ferme d'origine écossaise et de Grace Pace, anglaise. À l’âge de 13 ans, il commence à travailler avec son père dans la gestion de la ferme.

`

En 1745, alors âgé de 17 ans, Cook est placé en apprentissage chez un mercier de Staithes

Après un an et demi, le propriétaire de l'entreprise décrète que Cook n’est pas fait pour le commerce et le conduit au port de Whitby où il le présente à John et Henry Walker, quakers faisant commerce du charbon et propriétaires de plusieurs navires. Cook est engagé comme apprenti de la marine marchande sur leur flotte. Il passe les années suivantes à faire du cabotage entre la Tyne et LondresIl étudie alors l'algèbre, la trigonométrie, la navigation et l'astronomie.

 

Cook fait trois ans d’apprentissage. En 1755, il se voit proposer le commandement du navire le Friendship, mais il optera pour un engagement dans la Marine royale. Il s’engage à bord du HMS Eagle. Il est rapidement promu au grade de Master's Mate. En 1757, après deux ans passés au sein de la Navy, il réussit son examen de maîtrise lui permettant de commander un navire de la flotte royale et participe ainsi à la guerre de Sept Ans.

 

Premier voyage de 1768 à 1771.

 

En 1768, la “Royal Society of London for the Improvement of Natural Knowledge” lui confie le commandement du HMB Endeavour, avec pour mission d’explorer l'océan Pacifique Sud, à la recherche d’un hypothétique continent austral, que Cook ne trouvera pas.

 

Ce premier voyage, au départ du port anglais de Plymouth, le mène vers le Brésil. Il passe ensuite le Cap Horn puis, se dirige vers Tahiti, la Nouvelle-Zélande, Batavia ; puis vers le Cap de Bonne-Esperance, qu’il contourne pour rentrer en Europe.

 

Deuxième voyage de 1772 à 1775.

 

Cook est désormais de commander (capitaine de frégate). Il est, peu de temps après son retour, de nouveau missionné par la Royal Society pour se rendre dans les mers du sud à la recherche du continent austral. Au cours de son premier voyage, Cook avait démontré que la Nouvelle-Zélande n'était rattachée à aucune terre. Mais certains membres de la Society, étaient cependant toujours persuadés de l’existence d’un continent plus grand, qui devait se trouver plus au sud.

 

Il prend le commandement du HMS Resolution et met, cette fois, cap au sud, vers l’antarctique. Son voyage lui permettra de découvrir la Georgie du Sud,  Tonga, à l'île de Pâques, à l'île Norfolk, en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides. Il loupe l’Australie de peu et son rapport conclut clairement sur la non-existence de la mythique Terra Australis.

 

Troisième et ultime voyage de 1776 à 1779.

 

Cook commande à nouveau le HMS Resolution

L’expédition explore tout d’abord les îles Kerguelen, puis fait escale en Nouvelle-Zélande. Il met alors le cap au nord, découvre la veille de Noël 1777 l'île Christmas et devient le premier Européen à accoster aux îles Hawaï en 1778.

 

Il navigue ensuite le long du continent américain et décrit dans son journal les tribus indiennes de l'île de Vancouver, des côtes de l'Alaska, des îles Aléoutiennes et des deux rives du détroit de Béring.

Malgré plusieurs tentatives, le détroit de Béring se révèle infranchissable en raison des glaces qui l’obstruent. Devant cet échec, et souffrant peut-être d'une affection de l’estomac, il commence à montrer un comportement irrationnel, forçant par exemple son équipage à consommer de la viande de morse, ce que les hommes refusent.

 

L'expédition retourne à Hawaï l’année suivante. Au cours de cette seconde escale, des tensions se font sentir entre les indigènes et les Anglais et plusieurs bagarres éclatent. Son arrivée coïncide avec la saison de Makahiki et aux grandes fêtes consacrées au dieu de la paix Lono. Mais la saison de Lono se termine et c'est alors la saison de Ku, dieu de la guerre qui débute. Le retour de Cook, considéré comme la personnification de Lono, est probablement assimilé à un trouble de l'équilibre du monde.

Le 14 février, des Hawaïens volent une chaloupe. Les vols étant courants lors des escales, Cook avait pour habitude de retenir quelques otages jusqu’à ce que les biens volés soient restitués. Cette fois, il prévoit de prendre en otage le chef d’Hawaï, un nommé Kalaniopu'u. Une altercation éclate cependant avec les habitants qui les canardent de pierres et de lances. Les Anglais tirent quelques coups de feu, mais doivent se replier vers la plage. Debout sur la plage entre les indigènes et les Anglais, Cook se tourne vers ces derniers pour leur demander de cesser le feu, mais il est soudainement frappé à la tête et s'écroule. Les Hawaïens le battent à mort, puis enlèvent son corps.

Cook jouit malgré tout de l'estime des habitants d’Hawaï et les chefs conservent son corps. L'équipage peut cependant récupérer quelques restes pour les inhumer en mer avec les honneurs militaires.

 

La légende dit que le corps du Capitaine Cook aurait été dévoré par des cannibales, avant d’être restitué à l’équipage...

 

 

Conseil de lecture :

 

Carnet de voyage du Capitaine Cook : Voyage en Océanie de 1772 à 1775, James Cook, édition La Découvrance, 2013.

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Portrait : le Capitaine Cook

May 17, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

October 16, 2018

Please reload

Archives